La planète "type"

Une partie du système solaire de Gliese 581
Une partie du système solaire de Gliese 581

     Dans cette deuxième partie, les conditions favorables à la vie sont donc nombreuses et variées. Trop chaud ou trop froid, trop proche de l'étoile ou trop éloignée, planète trop massive ou pas suffisamment, comme nous l'avons vu. Nous pouvons parler d'un état d'équilibre entre toutes ces conditions.

      Chacune de ces conditions est essentielle et la probabilité de trouver une planète les réunissant toutes est très faible mais devant l'immensité de l'univers il est tout de même envisageable que nous puissions retrouver ces conditions ailleurs que dans notre système solaire. Cependant, il est possible qu'une planète possède de l'eau liquide à sa surface sans que toutes les conditions soient respectées, car chaque planète est unique, et comme l'eau sous forme liquide est le seul élément considéré comme indispensable à un écosystème* viable parce qu'elle favorise énormément le transport des matériaux nécessaires à une activité biochimique, nous n'aurions alors pas besoin des autres conditions tant que celle-ci est respectée. Ces possibilités seraient néanmoins très étonnantes, car comme nous l'avons dit précédemment, c'est un état d'équilibre entre toutes ces conditions.

      Dans cette troisième partie, nous allons voir, qu'il est possible de détecter des planètes qui pourraient respecter quelques une de ces conditions. L'exemple que nous allons prendre pour ce TPE, sera Gliese 581g, une possible exoterre, qui à ce jour, aurait le plus de chance d'abriter la vie à sa surface.